Feast of Love

L’amour, un festin pour tous les sens

Les plus belles fêtes sont celles qui ont lieu à l’intérieur de nous.

Un drame romantique de Robert Benton avec Morgan Freeman, Greg Kinnear, Selma Blair, Radha Mitchell, Billy Burke, Stana Katic et Alexa Davalos, États-Unis, 2007, 102 min.

Si certains cinéastes préfèrent simplifier, à la manière d’un conte de fées, la complexité de l’amour, d’autres s’efforcent d’exposer ses perversions et ses aléas. C’est le cas du réalisateur Robert Benton (Kramer vs Kramer) qui, avec Feast of Love, assemble un pot-pourri intense de situations qui mettent l’amour à rude épreuve. Mais dans ce cas-ci, le parfum est si lourd qu’il devient désagréable.

L’amour est un sujet difficile à traiter puisqu’aucun autre n’est aussi personnel et à la merci du tempérament du spectateur. Ce sentiment est toutefois universel et tout le monde pourra tisser des liens entre sa propre existence et celles, fictives, des personnages de Feast of Love. Ces derniers nous rappellent que l’amour a sa propre volonté ; il joue avec nos vies et nous place dans des situations à la fois réjouissantes et embarrassantes, évolutives et néfastes.

JPEG - 66.9 ko
Deux générations, deux amours. Morgan Freeman danse avec la jolie Alexa Davalos.

N’allez pas voir ce film pour les performances des Morgan Freeman, Greg Kinnear, Selma Blair ou Radha Mitchell. Elles sont sans éclat. N’y allez pas non plus en quête de réponses, vous serez évidemment déçus. Et surtout, surtout, ne visionnez pas Feast of Love pour vous remonter le moral, vous n’en sortirez qu’encore plus moroses. Faites-le simplement pour réfléchir à la présence, désirée ou non, de l’amour dans toutes les facettes de la vie.

Les plus belles fêtes sont celles qui ont lieu à l’intérieur de nous

―Frédéric Beigbeder

lundi 8 octobre 2007, par François Gélinas
Site under construction

Site under construction

Warning: a technical problem (SQL server) prevents access to this part of the site. Thank you for your understanding.

Créé, géré, édité et bidouillé par David Lamarre. Tous droits réservés (2008)